Accueil
News
Dossiers
Astuces
Wallpapers

Fan Art

Shopping
 
Forum
Partenaires
Equipe
Contacts



flux RSS Xbox Gazette







Test : James Bond 007 - Bons baisers de Russie

Commandez ce jeu sur :
- Amazon.fr

- CeDe.ch

 

« Son nom est Bond, James Bond », oui certes, mais cette fois-ci, EA Games a effectué un grand bond en arrière pour ainsi nous faire revivre les aventures de Sean Connery. Après GoldenEye : Au Service du Mal, Bons Baisers de Russie reprend le concept qui avait fait bonne impression lors de James Bond – Quitte ou Double. A tous les nostalgiques des années 1960, à tous les fans de l’homme à tout faire, rentrons donc dans la peau d’un des plus grands James Bond qui soit.

Et oui, Pierce Brosnan a tiré sa révérence. Il faut bien avouer qu’il a tout de même bien joué son rôle durant toutes ces années. Mais pour ne pas échapper à la traditionnelle sortie annuelle d’un James Bond, EA Games s’est penché vers le passé pour adapter « Bons Baisers de Russie » sur Xbox. Malheureusement, les inconditionnels remarqueront assez rapidement que certaines scènes sont inspirées de l’imagination d’EA, qui rajoute beaucoup d’action dans la trame scénaristique. Cela dit, l’intrigue reste la même ainsi que les personnages et les décors. Voyons à présent si le reste tient la route, telle son ancienne Aston Martin.

C’est donc 14 missions qui vous attendent, toutes à effectuer en vue à la troisième personne. Comme à l’accoutumée, enfin presque, le jeu se terminera en un peu plus de deux après-midis. Durant ces paisibles heures, on se voit confronté à un certain ennui dû au gameplay vraiment basique : viser, tirer ! Malgré certaines missions dites « infiltration », les combats ne proposent aucun challenge, d’autant plus que l’IA est quasi inexistante. Il vous suffira donc de « locker » votre cible et de tirer comme un bourrin, permettez-moi l’expression. Il vous sera également possible de vous accroupir, d’effectuer des roulades ainsi que de grimper sur des petits murets, mais ces mouvements ne prouvent malheureusement pas leur efficacité et leur utilité au sein des missions d’infiltrations, par exemple. Ce qui apporte un peu plus d’intérêt au titre, c’est l’amélioration des compétences ou des armes/gadgets de 007 ! Lorsque vous effectuerez des prises au corps à corps ou que vous utiliserez le Zoom pour ainsi mieux localiser l’impact des balles, vous gagnerez des points qui vous permettront d’améliorer des munitions, d’acheter des chargeurs etc. Car oui, il est possible de faire certaines prises au corps à corps lorsque vous vous approchez de l’ennemi ; celles-ci sont plutôt bien réalisées et diffèrent selon votre position, mais elles ne sont déclenchées qu’automatiquement selon la proximité de l’ennemi, dommage.

Autres symboles relativement emblématiques lorsqu’on parle de James Bond, ce sont les femmes, les gadgets et les véhicules. Pour les femmes, je vous laisse vous imaginer ou vous remémorer les habituelles manières de James, le gentleman toujours célibataire. Les gadgets, eux, n’ont pas été correctement implémentés et leur utilisation ne se fait que dans un second plan et au fur et à mesure de son avancement, on en arrive presque à les oublier. Les passages motorisés (bateau, voiture, jetpack) souffrent également d'un manque d’intensité et la maniabilité est très approximative, de nouveau. Pourtant, Quitte ou Double ne faisait pas les choses à moitié pour ce genre de passages, dommage que la recette ait été changée au cours de ces deux ans.

Côté graphique, EA s’en sort plutôt bien, à commencer par la modélisation du très charismatique Sean Connery, que vous reconnaîtrez sans aucun problème. Les décors ainsi que les autres personnages du jeu ont également une qualité visuelle très convaincante. Par contre, des chutes de frame rate assez importante sont visibles, surtout lors de la première mission. Niveau sonore, les musiques collent très bien aux actions et à l’ambiance du film. Sean Connery a d’ailleurs prêté sa voix pour le doublage de son propre personnage, mais seulement en V.O. Pour son mode multijoueur, ce n’est pas non plus brillant, c’est plutôt le reflet de la partie solo puisque la visée automatique de l’ennemi a été gardée et l’intérêt en prend un coup. Malgré les modes présents, dont le combat en jetpack, la sauce ne prend pas et il faudra essayer de se contenter du mode solo.

Outre sa réalisation graphique, la bande son et ses quelques bonnes idées au niveau du gameplay, tout ce qui faisait un bon James Bond n’a pas été exploité à sa juste valeur. Les actions très répétitives et surtout sans grand intérêt, les phases motorisées très abstraites et non abouties ainsi que les gadgets dont l’utilité est à revérifier forment une salade russe très amère et difficile à digérer. A l’année prochaine, Monsieur Bond.


Phyrex - 3.12.2005



Editeur

Développeur

Vidéos

Site officiel

Joueur(s)

Date de sortie

Langue

Mode 16/9

Dolby Digital

Xbox Live

Compatible LAN

Age recommandé

Achat

Electronic Arts

Electronic Arts

rubrique vidéos

EA.com

1 à 4

17 novembre 2005

français

non

oui

non

non

dès 16 ans

Amazon.fr
, Cede.ch

Les moins

gameplay trop basique

répétitif

gadgets inexploités

Les plus

la réalisation

le son

Sean Connery

Technique
Graphismes
Son
Jouabilité
Durée de vie
Note:
65%