Test : Samurai Warriors 2 Empire
Xbox 360
 
  Editeur : Koei
Développeur : Omega Force
Site officiel : koei.com/sw2e
Vidéos : -
Date de sortie : 28.03.2007
Achat : Amazon.fr, CeDe.ch
  
 

Langue : tout en anglais
Joueur(s) hors ligne : 1-2
Xbox Live : non
Joueurs en ligne : -
Age recommandé : dès 12 ans

 

Après une multitude de Dynasty Warriors (il y en a eu tellement qu'on ne les compte plus), au gameplay bien connu mais répétitif, chez Koei, on a décidé de lancer la gamme Samurai Warriors, un peu plus tactique et légèrement moins bourrine. Peut-être aussi plus adaptée au public non japonais, qui n'est pas forcément fanatique de l'univers propre à la série, qui peinait à se renouveler.

Samurai Warriors 2 : Empire, est un mélange entre un Dynasty Warriors classique (basé sur la méthode "je traverse des champs de bataille peuplés de centaines d'unité conduites par l'IA en martellant une ou deux touches de ma manette") et de jeux plus complexes, Shogun Total War (sur PC) par exemple. Le mode Empire, centre du jeu, vous propose quatre ou cinq campagnes prenant place dans le Japon médiéval. Il s'agit de faire progresser son clan sur la carte dans un système fonctionnant au tour par tour. Dans une première phase, on s'occupe de gérer ses fiefs : cultures, défense, armement, amélioration des capacités des héros, taxations des peuples, etc. Ces tâches peuvent être déléguées à l'un de nos généraux ou lieutenants quand on commence à posséder de nombreux fiefs. Ces mêmes personnes peuvent également vous donner quelques sages conseils sur la conduite à tenir dans cette phase du jeu. Après cette étape, il s'agit de choisir si et contre qui on souhaite combattre. On peut envahir un fief voisin, aider un allié assiégé ou assiégeant ou, bien sûr, défendre ses propres fiefs attaqués par des ennemis. Ce qui nous lance finalement dans l'étape la plus importante du jeu, les batailles.
Celles-ci rappellent bien évidemment le gameplay historique du jeu. Sur le champ de bataille, on dirige un des héros surpuissants de notre armée, courant ou chevauchant (posséder une monture efficace est un sacré atout) à travers les rangs ennemis et découpant à tout va parmi les fantassins, archers, tireurs, piquiers, etc. Des troupes, à peu près aussi inefficaces que la piétaille adverse, font semblant de vous assister sur le champ de bataille, organisé en une succession de camps à prendre ou à défendre. Prendre le camp principal ou tuer le grand chef ennemi (lui aussi surpuissant) est synonyme de victoire (l'inverse, de défaite). Au fil du jeu, on débloque et achète des tactiques, des capacités spéciales pour nos héros, des formations de combat et diverses options servant à rendre plus tactiques les combats. On le redit, on les oublie vite, préférant foncer dans le tas en agressant les touches X et Y (les plus utilisées) de la manette. Ces batailles, animées par les invectives et les provocations des boss sont fort défoulantes, pas toujours aisées mais, forcément, lassantes assez rapidement. L'alternance entre combats et gestion de son clan et de la diplomatie qui va avec propose donc une alternance bienvenue. Pour peu que vous vous lanciez le défi de finir toutes les campagnes, comptez des dizaines d'heures de jeu. Sachant que chaque bataille dure entre 15 et 30 minutes et qu'elles parsèment toute campagne digne de ce nom, on en a pour son argent.



Techniquement, ces phases de bataille ne sont pas extraordinaires. Kingdom under Fire, sorti sur les Xbox de la génération précédente, n'a pas grand-chose à rendre à SWE 2. On regrette toujours la présence persistante d'un brouillard couvrant l'horizon, de ralentissements lorsqu'il y a un peu trop d'unités à l'écran et de la ressemblance de toutes les unités. Seuls les généraux s'en sortent un peu mieux, disposant chacun d'un style de combat et d'animations propres. Dommage que lorsque les héros s'expriment, lors des phases de combat ou lors des phases stratégiques, ils sont tous affichés avec des visages similaires (un vieillard, un ou deux jeunes, etc.). Malgré cela, le jeu reste agréable à regarder, on prend plaisir à voir s'animer les divers combos des héros taillant dans le vif des troupes adverses. De magnifiques décors dignes de la 360 ne nous aurait pour autant pas déplu…
Côté son, on alterne entre cris guerriers et bruits métalliques des armes, rien d'exceptionnel mais surtout une impression de répétition qui ajoute sans doute un peu à l'effet de lassitude à moyen terme. Les musiques sont dans le ton " samuraï ". Le jeu est entièrement en anglais. Cela oblige parfois à lire ce qui s'affiche en bas de l'écran, tout en gérant ses affrontements. Pas simple.

Le jeu est assez pingre sur le plan du multijoueur. Il n'y a pas de mode live et le seul autre mode digne de ce nom hors des campagnes est un mode Free, qui, comme son nom l'indique, permet de se lancer dans des batailles libres, dont on détermine les aspects. Il faut toutefois noter la présence d'une forme de mode coop, puisque un second joueur peut rejoindre la partie lors des phases de bataille en mode Empire pour assister le joueur principal. Une excellente idée, qui permet de rendre les affrontements un peu plus aisés, de développer de meilleures tactiques qu'avec l'IA et surtout de raccourcir la durée des batailles. Bien évidemment, notamment lorsqu'un des deux gamers lance une attaque spéciale avec moult effets pyrotechniques, les ralentissements se font d'autant plus insistants.

Samurai Warriors Empire 2 est un jeu qui offre des phases de jeux bien diversifiées, de la stratégie pas prise de tête et des batailles qui le sont encore moins. On aimerait pouvoir crier au génie, mais des défauts trop nombreux, sur le plan technique principalement, et une lassitude inévitable à tout non fan de la série des Dynasty Warriors viennent légèrement plomber le résultat final, qui reste tout de même bon.


Sam Fisher - 22.07.2007




 
LES PLUS
LES MOINS
 
 

Défoulant
Un peu stratégique
Des heures de jeu!

_________________________

Pas de multi
Plutôt moche
Lassant à moyen terme

_________________________

 
 
Technique :
 
Graphismes :
Son :
Jouabilité :
Durée de vie :
 
Note : 5/10