Présentation Ubisoft, octobre 06
Splinter Cell Double Agent et Raibow Six Vegas

10 octobre 2006, quelque part à Lausanne...

Nous avons été conviés, le mardi 10 octobre 2006, à une présentation chez Ubisoft dédiée aux deux gros morceaux de la fin d'année sur la 360, tous deux de la gamme Clancy's, Splinter Cell Double Agent et Rainbow Six Vegas. Voici nos impressions sur ces deux jeux.


Splinter Cell - Double Agent

Sans doute plus orienté action que les volets précédents, Double Agent repose, comme vous le savez sans doute puisque vous êtes d'assidus lecteurs des news, sur un système de gestion relationnelle pour Sam. Rien à voir avec les Sim's mais l'agent secret est devenu agent double. Tout au long du jeu, la NSA, son employeur habituel, ainsi qu'une organisation terroriste, le JBA, donneront des missions à l'homme de l'ombre. Le but étant de ne jamais s'aliéner totalement la confiance des uns ou des autres, au risque d'un game over. Trois orientations sont donc possibles, selon que l'on penche plus ou pas vers l'un des deux côtés de la Force, pardon, de l'intérêt national et mondial, cela permet donc autant de fins différentes au jeu.

Le premier niveau présenté était celui de Kinshasa. Particularités qui sautent aux yeux, il fait grand jour et la guerre civile agite les rues. Silence et passage dans l'ombre sont donc à oublier pour Sam Fisher. La discrétion prend une autre allure, il s'agit de se cacher dans le décor et de profiter de l'agitation générale. Comme annoncé, les objectifs secondaires, plus ou mois favorables à l'un des deux camps, apparaissent au fur et à mesure de l'avancée. Sauver des civils d'une exécution sommaire ? Descendre une vieille connaissance ou la sauver ? Ces objectifs s'affichent en bas à gauche de l'écran, de même que les barres de confiance des deux entités opposées. Graphiquement, ce niveau est joli. On note la fine modélisation du héros, les visages réalistes des autres personnages et une lumière crédible. Le jeu n'explose pas la rétine pour autant. Chaos Theory était peut-être trop beau sur Xbox pour que le choc soit suffisamment grand avec ce premier titre 360. Le prochain volet, exclusif à la machine, pourrait bien marquer un saut plus réel.

Nous avons pu voir également de brefs moments de jeu dans deux autres niveaux. D'abord dans celui de Shangaï (ville résidence des développeurs), exclusif à la 360. Sam y joue les Spiderman contre les vitres d'un gratte-ciel chinois pour écouter une conversation. Là, techniquement, c'était plus bluffant. Les textures des vitres, la pluie qui ruisselle et surtout la ville en arrière-plan, de toute beauté et sublimée par des feux d'artifice commémorant le nouvel an chinois, pas grand-chose à redire.
Dernière brève séquence aperçue, un saut en parachute qui se déroule moins bien que prévu et qui fait entrer en jeu un petit Quick Time Event pour gérer chute et parachute. D'autres instants de jeu de ce type devraient être présents tout au long de la petite dizaine de niveaux annoncés. Autres séquences nouvelles mais que nous n'avons pas encore découvertes, des passages se jouant dans le QG des vilains, où il faudra soigner sa couverture, ainsi qu'une évasion de prison qui nous fait déjà saliver : Sam la jouera-t-il plutôt façon Vin Diesel ou Michael Scofield ?

Double Agent innove sur bien des points, on salue l'initiative. Orienter le scénario sur un héros que l'on connaissait finalement mal jusqu'alors est une bonne idée, de même que la notion d'agent double. On reste toutefois un peu sur notre faim. Le test, prévu pour dans quelques jours (le jeu sort le 19 octobre) confirmera ou non cette impression, mais cet épisode de Splinter Cell s'éloigne peut-être un peu trop de ce qui a fait le charme des premiers : discrétion et infiltration. Plus d'action, pourquoi pas, mais il faudra qu'elle soit bien dosée, au risque de dérouter le fan. On ne connaît pas la durée totale des niveaux et là aussi le jeu final apportera des réponses, mais on peut émettre quelques doutes sur la durée de vie du soft. Les check points semblent proches les uns des autres et la difficulté légèrement revue à la baisse. Cependant, les diverses fins assurent une rejouabilité que n'avaient pas Chaos Theory et les autres.
Plus d'éclaircissements dans quelques jours.

Site officiel
Vidéos du jeu
Interview de Daniel Roy, producteur


Rainbow Six - Vegas

Développé par le studio d'Ubisoft Montréal, déjà à l'origine de Rainbow Six 3, ce nouvel opus s'offre une toute nouvelle équipe. Ding Chavez ayant certainement pris sa retraite, c'est Logan Keller, expert en reconnaissance, qui devient leader de cette unité d'élite. Soutenu par Michael Walter, spécialiste des armes lourdes et expert en démolition, et Jung Park, sniper et expert en électronique, les rainbow ont pour mission de ramener l'ordre dans la ville aux mille casinos mise à feu et à sang par des terroristes.

Le niveau présenté était "Casino Dante", celui-là même qui sera disponible sur le marketplace le 23 octobre prochain. A la manière de Ghost Recon Advanced Warfighter, la mission débute par un briefing à bord d'un hélicoptère. Une mise en bouche assez impressionnante, tant au niveau de la modélisation des personnages que de la vue imprenable sur Las Vegas de nuit. Un petit tour au dessus du casino Dante en construction avant de faire descendre sur le toit, le long d'une corde, les trois soldats d'élite; la mission peut commencer. L'aspect tactique est bien sûr toujours présent avec la possibilité de donner des ordres aux deux coéquipiers. Un seul et même bouton, allié à la croix directionnelle permet de les envoyer dans une zone, de les faire descendre en rappel ou tout simplement grimper à une échelle. De plus ils bénéficient d'une intelligence artificielle très convaincante. Ils se mettent systématiquement à couvert et tirent dès qu'ils aperçoivent un ennemi, le tout très instinctivement. Pour couronner le tout, leurs animations sont plus vraies que nature grâce à la motion-capture. Il sera donc difficile de mettre la faute sur nos deux coéquipiers en cas de game over. Autre particularité intéressante, grâce à la gâchette gauche (maintenue appuyée), la possibilité de se mettre à couvert et de jeter des coups d'oeil avant de faire feu sur l'ennemi. Il est possible également de tirer à l'aveugle tout en restant caché. Bien plus pratique que le système employé dans Ghost Recon Advanced Warfighter. En ce qui concerne les autres nouveautés, on peut noter la possibilité de récupérer les armes des terroristes et la disparition de la barre de vie, fait qui semble se généraliser sur tous les FPS. On n'a moins eu l'impression que par le passé de progresser dans un couloir imposé par la géographie des niveaux. Les voies sont multiples et jouent aussi sur la verticalité, grâce, par exemple, à certains points d'attache permettant de descendre en rappel puis de planifier des attaques percutantes et jubilatoires.

Certes cela reste du Rainbow Six (se mettre à couvert, tirer avancer et ainsi de suite), mais la série semble retrouver un second souffle avec ce nouvel opus. On retient une modélisation et des graphismes très soignés, une intelligence artificielle d'un niveau rarement atteint et un gameplay accessible et ô combien efficace. Bien sûr il est difficile de se faire une idée sur un seul niveau mais si la trame scénaristique tient la route avec une action soutenue et des rebondissements, ce jeu risque bien de devenir incontournable pour tous les fans du genre mais également pour les néophytes grâce à sa prise en main rapide. On salue par ailleurs la possibilité d'utiliser la Live Vision (la webcam de la 360) pour modéliser son vrai visage sur le corps de son avatar virtuel en multijoueur, une première. Rendez-vous le 23 octobre sur le marketplace pour vous faire votre propre idée sur ce titre.

Site officiel
Vidéos du jeu


La famille Clancy's, avec l'arrivée de ces deux nouveaux titres et après Ghost Recon il y a quelques mois, se retrouve au complet. Le vétéran Fisher innove et prend une allure plus spectaculaire semble-t-il, plus cinématographique; les guerriers de l'arc-en-ciel, eux, brillent de mille feux dans leur nouvel écrin nacré, la 360. On émet quelques doutes sur la nouvel orientation prise par Splinter Cell mais ces deux titres sont plus que prometteurs et feront assurément partie du haut du panier de la 360. Quelques jours d'attente suffiront pour savoir si l'excellence est toujours au rendez-vous pour ces divers artistes de la gâchette.

Strongbow, Sam Fisher - le 14 octobre 2006

Remerciements chaleureux à toute l'équipe d'Ubisoft à Lausanne pour son accueil et sa disponibilité.